Vie de l'Agglo

Quand les archives deviennent des visières de protection

A partir de couvertures rigides transparentes que le Pôle Archives de l’Agglo s’apprêtait à jeter, l’entreprise Fasquelle, à Louviers, fabrique des visières de protection.

Publié le

En plus des masques, de plus en plus de professionnels potentiellement exposés au Covid-19 portent des visières de protection. C’est évidemment le cas des soignants, mais aussi des hôtesses de caisse ou des pompiers.

Cyrille Fasquelle qui dirige l’entreprise Modelage Fasquelle avec son frère Benoit, à Louviers, a pris connaissance dans son réseau que le groupement d’entreprises Les Makers en fabriquait à l’aide d’imprimantes 3D. « J’ai pensé que nous pouvions participer à cet élan de solidarité sur Louviers, explique Cyrille Fasquelle. J’ai proposé à Rodolphe Durand d’installer nos imprimantes 3D du bureau d’études dans son espace de coworking, La Filature.. »

Depuis, de nombreuses entreprises se sont associées d’une manière ou d’une autre au projet : Ikobot, installée à La Filature, au Hub 4.0, AID Entreprise générale, les Entrepreneurs Seine-Eure, le Club 41, le Rotary Club, le Lions Club, la BNI, Louviers Shopping, la CPME… et aussi le Pôle Archives de l’Agglo !

« J’ai appris par Cyrille Fasquelle que les couvertures rigides transparentes que l’on trouve fréquemment sur certains documents A4 pouvaient faire des visières de protection. A partir des archives triées par mon équipe, j’ai pu en mettre de côté un plein carton que j’ai déposé à La Filature, raconte Vanina Gasly, responsable du Pôle Archives intercommunal. Nous devons les retirer pour recycler les archives périmées et nous sommes ravis que cette matière plastique trouve une réelle utilité ! »

 

Chaîne de solidarité

« C’est exactement ce qu’il nous faut, lance Cyrille Fasquelle. Nous acceptons tous les dons de ce type ainsi que des élastiques de couturière, et pour alimenter les imprimantes 3D, du PETG ou du PLA. Il suffit de les déposer à La Filature. » Les visières sont ensuite offertes au personnel médical. Les dons de masques et de gants, qui seront redistribués aux établissements hospitaliers et aux Ehpad, sont aussi les bienvenus.

C’est le 2e produit solidaire que fabrique Cyrille Fasquelle. Pour les besoins de son épouse, qui tient une pharmacie, l’entrepreneur a fabriqué un écran de protection, installé sur le comptoir. Depuis, les commerces de Louviers et les maisons médicales (Louviers, Rouen, Lisieux) s’en équipent. Fasquelle a même eu l’opportunité de fournir le ministère de l’Intérieur. « Nous profitons de cette période où nous ne pouvons travailler normalement pour répondre aux attentes des entreprises et des commerces qui ont le besoin urgent de protéger leurs salariés et de préparer la reprise pour certains, souligne Cyrille Fasquelle. C’est une grande chaîne de solidarité qui se crée grâce aux entreprises du territoire Seine-Eure. »

 

Un groupe « Visières solidaires »

A l’initiative d’Harmonie Petit (harmonie82@free.fr),  un groupe facebook « visières solidaires » a été créé qui recense les besoins des professionnels de santé du territoire qui souhaiteraient bénéficier de visières gratuites. Le groupe Facebook regroupe demandes et réalisateurs. Une commande de plus de 200 visières a déjà été communiquée auprès des «Makers» locaux, pour répondre à cette demande. Ils se sont portés volontaires pour réaliser ces visières pour les professionnels du territoire, notamment Vincent Petit et Jérémy Bruerre (jeremy.bruerre@free.fr), Pascal Narcy (narcy83@gmail.com) et Frédéric Mazerat (frederic.mazerat@gmail.com). Ils recherchent eux aussi de la matière première : couvertures transparentes, élastiques et PLA.