Vie de l'Agglo

« Poursuivre le développement de l’Agglo »

A deux jours du conseil communautaire de rentrée et quelques semaines après sa réélection à la tête de l’Agglomération Seine-Eure, Bernard Leroy donne les perspectives de l’année 2020-2021.

Publié le

« Je suis très heureux d’être réélu (le 9 juillet dernier avec 72% de voix). Cela va nous permettre de poursuivre et d’amplifier les efforts de développement de notre territoire. Les élus sont au travail. L’une de leurs premières missions est de retravailler le projet de territoire, à la lumière des grandes orientations de ce nouveau mandat et des enseignements tirés de la crise du Covid » lance Bernard Leroy.

Si l’Agglo peut autofinancer une partie de ses projets (15 M€ d’autofinancement) , elle sait pouvoir compter sur ses partenaires. « Les projets vont se déployer grâce à la Banque des Territoires avec qui nous avons signé une convention de partenariat pour la relance des investissements. Elle offre des taux particulièrement bas, sur de longue durée et participe ainsi au plan de relance de l’économie » se félicite Bernard Leroy.

L’Agglo a aussi déposé des projets, notamment liés à la transition énergétique, auprès des services de l’Union européenne, qui peut les subventionner à hauteur de 80%. La Région, dans le cadre de la réindustrialisation de la Normandie, est aussi un partenaire important.

Du vert dans la poursuite des grands projets

Les chantiers menés par l’Agglo sont toujours abordés avec la préoccupation environnementale. Partout où cela est possible, des pistes cyclables longent les voiries, des panneaux photovoltaïques sont installés sur les bâtiments et les constructions nouvelles sont labellisées haute qualité environnementale.

Encourager les mobilités douces et amplifier l’usage du vélo est l’un des grands chantiers de cette nouvelle mandature. 15 M€ sont consacrés à son développement dans les 10 prochaines années : ouverture d’une Maison du Vélo, développement d’infrastructures, installation de 6 racks à vélo (contre 1 aujourd’hui, à l’arrière des bus Semo), mise en place d’un projet de location de vélos électriques en libre-service, aménagement de km de pistes cyclables supplémentaires, etc.

Les travaux sur Seine-Eure Avenue se poursuivent pour favoriser les déplacements en bus. Dans le domaine de la protection de la ressource, 80 M€ seront consacrés au remplacement des canalisations d’eau potable, pour éviter les fuites.

Le développement des écosystèmes

L’Agglo continue de développer ses écosystèmes autour
Du numérique. La Pépinière, au Hub 4.0 est ouverte depuis janvier 2020. « Elle est dédiée aux start-up et entreprises du numérique, celles qui développent des logiciels ou des robots intelligents. Nous avons l’ambition de devenir le pôle régional de l’industrie 4.0 » souligne Bernard Leroy.

Un programme d’animations est établi. La master-class baptisée Collège M2 y débute lundi 21 septembre. Cette formation a été créée spécifiquement pour l’Agglo Seine-Eure par Jean-Baptiste Sibertin-Blanc et a pour but de faire travailler ensemble artisans d’art, digital makers et designers sur la création d’un objet commun.

De l’artisanat d’art et des métiers du luxe. « Comme nous l’avons fait pour l’industrie pharmaceutique (avec les pharmaparcs et l’implantation de dizaine de PME) nous allons faire émerger un nouvel écosystème autour des savoir-faire d’exception avec l’ambition d’être un des pôles régionaux pour les artisans d’art » précise le président de l’Agglo.

La première brique de la maroquinerie de Louviers, par Hermès, vendredi 4 septembre en est un bel exemple. La manufacture ouvrira en 2022 et créera, à terme, 250 emplois d’artisans selliers-maroquiniers (plus de 450 au total avec Val-de-Reuil). Ses ateliers seront dédiés à la fabrication de sacs Hermès, d’objets de maroquinerie, de selles et brides. Hermès confirme son ancrage sur l’Agglo Seine-Eure puisqu’il s’agit de sa 3e implantation après le site de production de parfums au Vaudreuil ouvert en 1977 (seul site de fabrication au monde), et la maroquinerie de Normandie à Val-de-Reuil inaugurée en 2017.

Enfin, Bernard Leroy se verra remettre le label Ville et Métiers d’Art lors des journées européennes du patrimoine samedi 19 septembre, au château de Pinterville, par Philippe Huppé, président de VMA. C’est la 3e fois seulement que ce label est accordé en Normandie (après Villedieu Intercom et Argentan) et l’unique fois en Haute-Normandie. Ce jour-là sera inaugurée l’exposition Design (créations des artisans d’art ayant suivi la formation du designer Jean-Baptiste Sibertin-Blanc).

Sur les zones d’activités, les implantations et extensions d’entreprises se poursuivent.
Le permis de construire a été accordé à Ferrero pour la construction à Criquebeuf-sur-Seine, sur la zone d’activités du Bosc-Hétrel, d’un bâtiment de 37 000 m2, sur une surface foncière de 90 000 m2. Ce nouvel entrepôt lui permettra de doubler sa capacité de stockage. Les travaux s’étaleront sur 2 ans. A terme, le site emploiera 70 personnes et jusqu’à 110 lors des pics d’activités saisonniers.

Egalement à Criquebeuf, Interparfums agrandit son bâtiment sur 15 000 m2 pour faire face à la demande. A Heudebouville, Intermarché étend sa plateforme de 30 000 m2, en acquérant un terrain de 6 hectares sur Ecoparc 3. Il est destiné à accueillir l’activité froid située jusqu’à présent sur Ecoparc ATA vient d’ouvrir un nouvel entrepôt à Ecoparc 2.

Un territoire connecté

Etre doté d’un bon réseau numérique devient l’un des principaux critères pour s’installer sur un territoire. L’Agglo en est consciente et travaille en étroit partenariat avec Eure Normandie Numérique. Fin 2021, quasiment toutes les communes seront équipées de la fibre.

Côté voirie, l’amélioration des accès se poursuit. Les travaux d’amélioration de la circulation au niveau de l’échangeur de Criquebeuf sont enclenchés. Grâce au Département de l’Eure, ils doivent démarrer en septembre sur la RD 321, par l’optimisation des flux sur les giratoires. Le dossier sur le doublement de l’échangeur d’Heudebouville suit son cours. Les procédures administratives s’enclenchent. La SAPN a reçu de l’Etat l’autorisation de mener des études pour la construction d’un 2e pont, depuis l’autoroute A13. Il permettra d’accéder à Ecoparc 4 sans traverser Heudebouville.

 

Un territoire résilient

« La crise du Covid nous a montrés que nous étions un territoire résilient et solidaire. Elle a renforcé les liens entre les entreprises, les services de l’Etat et l’Agglo » note Bernard Leroy.

Les premiers constats montrent que l’Agglo a bien supporté la crise et que les bonnes décisions ont été prises pour lui permettre de fonctionner. Les entreprises qui se fournissent localement s’en sortent bien. Certaines continuent de recruter, notamment dans la logistique. Les forces vives (entreprises, commerçants, artisans, etc), aidées des collectivités, ont su s’adapter rapidement, réorienter leur production ou leur service pour faire face à la crise et participer activement aux gestes de solidarité. Malgré le confinement, les engagements pris par les entreprises sont honorés. L’Agglo a continué à instruire les dossiers et ne constate pas d’annulation de compromis de vente. Quelques projets sont décalés mais pas annulés.

Pour aider les commerces à faire face à leur baisse de chiffre d’affaires, un plan de soutien a été mis en place. Le couple Agglo-communes a été réactif et efficace. Le plan se compose d’une aide à l’achat de matériel sanitaire, d’un fonds de soutien d’urgence pour ceux qui rencontrent un problème de trésorerie et d’un soutien aux unions commerciales pour financer des animations. A ce jour 142 commerçants ont été aidés.

« Le territoire est à la bonne taille, constate Bernard Leroy. Nous avons à la fois la puissance d’actions, la souplesse, la réactivité et l’adaptabilité. Nous le constatons toute l’année mais aussi en période de crise. »

Le boom de l’immobilier

Avec le confinement, de nombreux salariés constatent qu’il est possible d’habiter sur le territoire Seine-Eure et de travailler à Paris, d’autant plus s’il s’agit de télétravail. Ils sautent plus facilement le pas grâce à la présence des 2 gares de Gaillon et Val-de-Reuil, de l’autoroute A13 et A 154 et de leurs échangeurs.

Grâce au service de conciergerie Arsène, l’Agglo avait déjà les outils en place pour capter ces futurs résidents. La plateforme « Paris je te quitte » lui a porté un intérêt particulier. « Elle aide les jeunes Parisiens à franchir le pas et quitter Paris et a été particulièrement séduite par l’offre proposée sur l’Agglo » confie Bernard Leroy

Le PLUi-H, mis en application depuis le début de l’année 2020, se traduit par le démarrage d’opérations immobilières : 3e tranche de Cœur de Village à St-Etienne-du-Vauvray, 6 maisons en location-accession d’Habitat Coopératif de Normandie à Amfreville-sous-les-Monts en plus des logements en location, programme de FLH Habitat à Louviers rue du 11 Novembre et place de la Porte de l’Eau, nouveau programme aux Damps, 40 terrains à bâtir autour du manoir du Sang-Mêlé à Heudebouville, etc.

« Le mandat qui vient de prendre fin a été très riche, conclut Bernard Leroy. De nombreux projets ont été initiés. Nous avons franchi un palier en termes de taille, d’image, de développement économique et résidentiel. Aujourd’hui, les porteurs de projets, les promoteurs nous identifient clairement et les habitants nous voient désormais comme un territoire où il fait bon vivre. Les efforts vont se poursuivre au cours de cette nouvelle mandature. Les succès rencontrés nous incitent à amplifier nos efforts dans tous les domaines. »

Infos complémentaires