Le renouveau des vitraux

Les vitraux de l’église de Vraiville avaient besoin d’une petite cure de jeunesse. C’est chose faite. Une inauguration s’est déroulée samedi matin avec les élus et les donateurs qui ont permis leur restauration.

 

Publié le

On ne pouvait choisir meilleure date que celle des Journées européennes du patrimoine pour inaugurer les vitraux de Vraiville.

Wladimir Grunberg, maître-verrier installé à Pont-de-l’Arche a travaillé à leur restauration durant 4 mois. « Sur beaucoup d’entre eux, le réseau de plomb était usé par la corrosion. Certaines pièces de verre ont ensuite éclaté ou se sont fêlées » montre Wladimir Grunberg. Son travail a consisté à les remplacer à l’identique ou à les réparer quand cela était possible.

Ces vitraux de Paul Bony et Adeline Hébert-Stevens datent de 1952. « L’église a entièrement brûlé pendant la guerre en 1940 (un camion de munitions aurait explosé à côté). Elle a été reconstruite vers 1947-1948 et les vitraux ont été posés quelques années plus tard » retrace le maire Hervé Gamblin. Paul Bony, maître-verrier à Paris a travaillé sur de nombreuses églises de Normandie… dont celle de Vraiville.

« Depuis le Moyen-Age, les méthodes n’ont pas changé. On retrouve le châssis métallique. Cette structure très rigide a empêché les vitraux de bouger. Mais on ne peut lutter contre la corrosion. Sur certains vitraux, j’ai aussi remplacé le mastic pour assurer une meilleure étanchéité et redonner de la rigidité aux panneaux » poursuit Wladimir Grunberg.

Généreux donateurs

Les 11 ouvertures de l’église ont eu besoin de son intervention.

Au terme des 4 mois de chantier, les vitraux paraissent comme neufs. Le coût global, de 10 330 € a fait l’objet d’une subvention du Département de l’Eure à travers le dispositif Mon Village Mon Amour (4 142 €), de l’Agglo Seine-Eure pour la même somme et d’une souscription lancée par la Fondation du Patrimoine.

« Les donations couvrent le reste à charge, se réjouit Hervé Gamblin. Nous sommes d’autant plus touchés que les dons viennent des habitants de Vraiville, mais aussi d’amoureux du patrimoine extérieurs à la commune. »

L’inauguration a été l’occasion de les remercier, mais aussi d’effectuer un parcours dans le village pour admirer les 3 calvaires, eux aussi récemment restaurés.

 

Infos complémentaires