Vie de l'Agglo

La nouvelle Agglo prend ses marques

Le conseil communautaire, hier, a voté les affaires courantes. La nouvelle Agglo Seine-Eure rode son fonctionnement issu de celui des deux intercommunalités fusionnées.

Publié le

Voirie

Après une fusion, le conseil communautaire dispose d’un délai de 2 ans pour définir l’intérêt communautaire de certaines de ses compétences. Hier, en conseil, les élus ont défini celui de la voirie. L’Agglo peut créer, aménager et entretenir la voirie et les parcs de stationnement d’intérêt communautaire des communes, à l’exception, pour le moment de l’avenue du Maréchal Leclerc à Gaillon. L’Agglo en aura la charge quand les travaux d’aménagement seront terminés.

« Serait-il envisageable que l’on instaure une délégation de compétence aux communes qui ont un service technique et qui pourraient se charger elles-mêmes des petits travaux ? » demande Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil.

« Cette disposition n’est pas prévue dans les textes. Le jour où la loi le permettra, nous organiserons un groupe de travail » lui répond Bernard Leroy, président de l’Agglo.

Chaque année, l’Agglo consacre un budget de 8 M€ à la voirie.

Transport

Autre conséquence de la fusion : le Versement Transport, taxe dont doivent s’honorer les entreprises de plus de 11 salariés, est élargie à l’ensemble du nouveau territoire. Son taux est toujours de 0,90% de la masse salariale.

Ouverture des commerces le dimanche

Les commerces de détail peuvent ouvrir au maximum 12 dimanches par an. Pour Louviers, le conseil a approuvé leur ouverture, en 2020, le 12 janvier, 7, 21, 28 juin, 30 août, 6 septembre, 4 octobre, 6, 13, 20 et 27 décembre. Les concessionnaires automobiles ouvriront les 19 janvier, 15 mars, 14 juin, 4 et 11 octobre.

Même approbation pour l’ouverture des commerces de Gaillon durant 6 dimanches,  les 12 janvier, 28 juin, 30 août, 6 septembre, 13 et 20 décembre.

« Nous devons changer nos comportements et ne pas encourager la surconsommation, l’une des causes de la pollution et de l’épuisement des ressources de la planète » s’est offusqué Alexis Fraisse, élu vert de Louviers.

Les 2 délibérations ont enregistré 4 votes contre et 12 abstentions.

 

Renouvellement urbain

Cette semaine est vouée au renouvellement urbain ! Après la signature de la déclaration d’engagement mardi à Val-de-Reuil avec Olivier Klein, président de l’Anru, les élus communautaires ont voté à l’unanimité la maquette financière et la participation de l’Agglo dans les rénovations urbaines du centre-ville de Val-de-Reuil et du quartier Les Acacias-La Londe-Les Oiseaux à Louviers.

L’enveloppe globale s’élève à 90 M€ HT pour Val-de-Reuil (classé projet d’intérêt national) à laquelle l’Agglo participe à hauteur de 8% (7,3 M€ HT).
A Louviers, le montant global du projet d’intérêt régional est de 6 M€ HT dont 350 000 € de l’Agglo (près de 6%). « Si l’on tient compte des subventions de droit commun que nous pourrons activer, c’est en fait 18 M€ qui pourront être consacrés au nouvellement urbain de Louviers. Ces subventions serviront par exemple au désamiantage, à la rénovation des équipements communaux dont les écoles, à l’ouverture du quartier (sur le Hub notamment) » précise François-Xavier Priollaud.
« 9 600 personnes habitent dans les quartiers prioritaires, rappelle Anne Terlez, vice-présidente chargée de la Politique de la Ville : 7 200 dans le centre-ville de Val-de-Reuil, 1 400 aux Acacias-La Londe-Les Oiseaux à Louviers et 1 000 à Maison Rouge. Ce qui est bon pour ces quartiers a des retombées positives sur l’ensemble du territoire Seine-Eure. »

L’élue a également tenu à rendre hommage aux bailleurs sociaux qui apportent 31% du montant alloué au renouvellement urbain à Val-de-Reuil.

S’il regrette que la Région concentre plutôt ses moyens sur les projets d’intérêt régional, donc sur Louviers plutôt que sur les projets d’intérêt national comme Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet a remercié « l’Agglo d’avoir tenu sa parole sur les engagements pris. Bernard Leroy a toujours défendu les dossiers, a été au côté de Val-de-Reuil, dans tous les moments, comme il a été présent mardi à la signature d’engagement ».

Attractivité

Une étude va être menée pour l’implantation d’une maison de la forêt dans la forêt de Bord-Louviers. La somme de 30 000 € doit lui être consacrée. « Ce projet renforcera l’attractivité du territoire en rendant les espaces forestiers plus accueillants » souligne Anne Terlez.

« Pour rendre la forêt plus accueillante et plus praticable, son accessibilité doit être améliorée pour les moyens de transport autre que la voiture. Les routes sont trop dangereuses pour les vélos. Il faut lever ces freins, créer des liaisons pour les modes de déplacement doux » a réclamé Alexis Fraisse.

Environnement

Pour lutter contre les ruissellements d’eaux pluviales, des travaux vont être réalisés à Heudebouville (ouvrage hydraulique route d’Ingremare), Quatremare (bassin de rétention impasse des Forrières), Alizay (bassin de rétention route de l’Andelle), Terres de Bord (différents ouvrages sur la commune), Amfreville-sur-Iton (bassin en amont du hameau de la Mare Hermier), St-Aubin-sur-Gaillon (barrage de maîtrise de ruissellement).

Déchets-Tri

Une convention est passée avec le Setom pour assurer le traitement des ordures ménagères et pour la mise à disposition de la déchèterie de Gaillon jusqu’à juin 2020. Les habitants peuvent donc continuer à l’utiliser comme ils avaient l’habitude de le faire jusqu’à présent. Une même convention a été signée avec le Sygom pour la collecte et le traitement des déchets sur les communes d’Eure Madrie Seine.

« Ces conventions sont importantes mais je souhaite une harmonisation du fonctionnement le plus rapidement possible pour que l’on ait un territoire uni » demande Jean Carré, vice-président à la Propreté.

Prochain conseil le 28 novembre, avec entre autre, le Débat d’orientation budgétaire.

Infos complémentaires