Politique de la Ville

La déconstruction est en cours aux Oiseaux

Après le bâtiment Oise, c’est au tour de l’immeuble Seine d’être petit à petit déconstruit. Une nouvelle page est à écrire pour ce quartier de Louviers.

 

Publié le

Quelques passants s’arrêtent devant le spectacle. Au bout d’une pelle grand bras, les mâchoires de la pince à béton vient grignoter la façade de l’immeuble long d’une centaine de mètres et haut de 4 étages.

Les 90 logements ont été, en janvier, désamiantés et vidés de tout matériau. Le confinement a stoppé le chantier, qui a repris courant mai. Après l’immeuble Oise, début juillet, c’était au tour de l’immeuble Seine d’être déconstruit.

La démolition a débuté lundi 27 juillet et doit se poursuivre pendant une dizaine de jours. D’immenses brumisateurs plaquent la poussière au sol pour éviter que les voisins ne soient trop gênés par la poussière.

« Ca fait bizarre mais quand les immeubles consomment trop d’énergie, il vaut mieux reconstruire quelque chose de plus écologique. Et puis, ces grandes barres d’immeubles, ça ne se fait plus » note un voisin de la rue Leroy-Mary.

Un espace vert à la place du béton

Sur le grand terrain de 4 200 m2, la ville n’a prévu aucune reconstruction. « Il s’agira d’un vaste espace vert. Nous sommes ici au cœur d’un projet de transformation de la ville, avec Seine-Eure Avenue toute proche en cours d’aménagement, la proximité de la maison médicale et de la voie verte. Ici, on donne de l’oxygène » résume François-Xavier Priollaud, maire de Louviers.

Le projet reste à affiner, après concertation avec les habitants.

Une déconstruction grâce au Fonds Friche

La déconstruction des deux barres d’immeubles Seine et Oise était prévue dans la rénovation urbaine du quartier La Londe-Les Oiseaux-Les Acacias. Le chantier est mené par l’Etablissement Public Foncier de Normandie (EPFN). « Grâce au Fonds friche de la Région, nous pouvons racheter aux bailleurs sociaux (ici Eure Habitat) des logements vacants et trop vieux pour être rénovés, puis nous charger des travaux de désamiantage et de déconstruction. Nous ferons recouvrir le site d’une terre végétale qui sera enherbée. Tout devrait être terminé mi-septembre. Puis nous revendrons le site à la Ville » indique Mathieu Collin, chargé d’opération à l’EPFN.

Le coût global (890 000 €) est pris en charge à 75% par la Région et l’EPFN, puis par Eure Habitat (13%), le Département (12%) et la ville de Louviers. L’Agglo Seine-Eure, pour sa part verse 3,5 M€ au projet global de renouvellement urbain de Louviers.

Recyclage et concassage

« Au fur et à mesure de la déconstruction, chaque matériau est trié pour être recyclé » précise Christine Mutel, directrice générale adjointe de l’EPFN. Le béton est envoyé à Pîtres pour être concassé. Il sera utilisé pour les travaux de voirie ou pour combler des fouilles.

Mi-septembre, quand le terrain sera vierge de toute construction, une page se tournera définitivement pour le quartier des Oiseaux.

Le poumon vert aménagé à la place des deux immeubles des années 60 devrait faire revenir les oiseaux et une certaine forme de biodiversité.

Infos complémentaires