Collectivité territoriale - Communauté d'agglomération Seine-Eure

Une journée sur le Marité

7-06-19

Hier, 60 personnes de l’Agglo ont fait la remontée de la Seine sur le Marité, depuis St-Wandrille jusqu’à Rouen. Elles avaient été tirées au sort à la suite du jeu concours lancé par l’Agglo Seine-Eure.


Matthieu et Stéphane, capitaine et second du Marité
Matthieu et Stéphane, capitaine et second du Marité
Une journée exceptionnelle, c’était le sentiment partagé par bon nombre des 60 personnes qui ont passé la journée d’hier sur le Marité. « Quand j’ai reçu le mail de l’Agglo précisant que j’avais gagné, je n’y croyais pas. Il a fallu un deuxième mail pour réaliser que oui, j’allais naviguer sur Le Marité » raconte Diane, habitante de Surville.

234 personnes ont participé au jeu-concours lancé par l’Agglo. Parmi les bonnes réponses données, 60 ont été tirées au sort. Elles ont été accueillies à bord du dernier terre-neuvier, à St-Wandrille, près de Caudebec-en-Caux, par un équipage de 6 personnes : le capitaine Matthieu Halluin et son second Stéphane Vilain, les matelots Grégory, Jean, Julie et Chrystelle.
C’est la première fois que le Marité emploie des femmes pour l’intégralité de la saison.

La remontée du fleuve jusqu’à Rouen mettra 4 à 5 heures. Un après-midi hors du temps où l’équipage est aux petits soins pour les passagers.

Les matelots n’hésitent pas à expliquer leurs fonctions à bord du bateau, à décrire la vie de marin, à montrer les gestes de la navigation traditionnelle. Ils font participer les invités quand il faut tirer sur des cordages.

Montacer ne cache pas sa joie. Cet habitant de Léry était capitaine au long cours. « Mon quotidien c’était les cargos marchands. Je partais en Pologne, naviguait en mer Baltique. J’allais aussi au Canada, au Brésil. Tous les 12 jours, je remontais la Seine jusqu’à Rouen. Aujourd’hui, je goûte vraiment mon plaisir de vivre le fleuve de cette façon » confie-t-il.

Les passagers profitent aussi du spectacle des autres bateaux qui rejoignent l'Armada
Les passagers profitent aussi du spectacle des autres bateaux qui rejoignent l'Armada
« Nous allons profiter de l’Armada le plus possible. C’est rare de pouvoir participer à un tel rassemblement de bateaux avec un accès gratuit aux quais » ajoute Michèle, son épouse.

Sur les berges, des dizaines de camping-cars profitent du spectacle des bateaux. Un peu plus loin, ce sont les enfants d’une école qui applaudissent et agitent des drapeaux. Stéphane, le second du capitaine, joue le jeu et actionne la corne de brume ou la cloche du Marité.
 

Une semaine intense

Les passagers, mis à contribution pour tendre les voiles !
Les passagers, mis à contribution pour tendre les voiles !
Pour l’équipage, cette remontée de la Seine, sous le soleil, marque les premières heures de 10 jours qui s’annoncent intenses. « Pendant toute la durée de l’Armada, nous accueillerons jusqu’à 120 personnes en même temps pour les visites, matin et après-midi. Le midi et le soir, il faudra reconfigurer le bateau pour les déjeuners et dîners des entreprises qui l’ont loué. C’est un autre aspect de notre travail » explique Grégory, matelot, mécanicien et… Savoyard !

Avant l’Armada, il a participé, avec le Marité à une tournée dans le nord de l’Europe. Cet été, le bateau retourne à Granville pour emmener les touristes sur les îles de la Manche. Puis en septembre, il repart en Méditerranée. « C’est ce qui est plaisant dans ce métier. On bouge tout le temps, on voit des paysages différents et on a la chance d’être sur un bateau exceptionnel pendant toute une saison » ajoute Julie, gabière.

Un univers à part que 60 habitants de l’Agglo ont eu la chance de côtoyer le temps d’une journée.
 

Les chiffres clés du Marité

 
  • Un trois-mâts goëlette
  • Longueur : 44, 90 m
  • Largeur : 8 m
  • Poids : 209 tonnes
  • Tirant d’eau : 3,60 m
  • Tirant d’air : 29 m
  • Voilure : 650 m2 (16 voiles)
  • Puissance du moteur : 450 cv
  • Equipage : 6 marins professionnels
  • Passagers : 74 en mer, 120 à quai
Marité est le diminutif de Marie-Thérèse, la plus jeune fille de l’armateur Charles Le Borgne. Rarissime : ce nom suivra le navire toute sa vie malgré les changements de propriétaires.
 

Les dates clés

Le Marité peut se visiter tout le temps de l'Armada !
Le Marité peut se visiter tout le temps de l'Armada !
 
  • 1923 : lancement à Fécamp
  • 1924-1929 : Pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve au départ de Fécamp. A chaque campagne, il rapporte 100 à 160 tonnes de morue séchées (entre 75 000 et 90 000 poissons)
  • A partir de 1929 : Du Danemark aux îles Féroé, il est utilisé pour la pêche à la morue en Islande, au transport de peaux de moutons, de charbon…
  • Seconde guerre mondiale : le Marité est réquisitionné par les Anglais pour ravitailler en vivre l’Angleterre depuis l’Islande
  • 1946-1969 : le Marité est armé à la pêche au hareng, à la crevette avant d’être transformé en caboteur pour le transport de marchandises
  • 1973 : désarmé et abandonné dans un port des îles Féroé
  • 1978-1987 : Racheté par des Suédois pour devenir un bateau de plaisance en mer Baltique
  • 2004 : Retour en Normandie suite à son rachat par un groupement d’intérêt public, dont l’Agglomération Seine-Eure fait partie. Il sert pendant plusieurs mois de plateau de tournage de l’émission Thalassa
  • 2006-2012 : Grande campagne de restauration
  • Depuis 2012 : découverte de la navigation à l’ancienne à la journée, réception à quai, participation à de grandes manifestations maritimes, comme l’Armada !






Contacter l'Agglomération


Adresse administrative :
CS 10514
27405 LOUVIERS CEDEX

Accueil du public :
Hôtel d'Agglomération
1 place Thorel
27400 LOUVIERS
Téléphone : 02 32 50 85 50
Télécopie : 02 32 50 85 51

Courriel :
agglo@seine-eure.com