Collectivité territoriale - Communauté d'agglomération Seine-Eure

Objectif atteint pour la MJD !

25-05-18

La Maison de Justice et du Droit a participé hier à la journée d’accès au droit organisé par le ministère de la Justice. Cinquante personnes ont rencontré un professionnel de justice. C’est deux fois plus qu’une journée habituelle !


Cinq personnes attendent patiemment dans la salle d’attente et les bureaux sont tous occupés.
Amel Ghendour, coordinatrice et Gisèle Nouck, greffière à la Maison de Justice et du droit ne cachent pas leur satisfaction.
« 50 personnes, c’est deux fois plus que d’habitude. Nous avons reçu beaucoup de retraités et les gens viennent d’un peu partout » soulignent-elles.

Les problématiques posées sont elles aussi très diverses. Elles concernent le droit de la famille, une succession, un accident, une procédure pénale, le droit des étrangers, des violences intra-familiales, des crédits, une décision de justice mal comprise…  « Beaucoup de personnes viennent pour la première fois. C’était le but de cette journée : faire connaître tous les services de la MJD » souligne Amel Ghendour.

C’est le cas de cette habitante de Surville, qui « a mal été reçue aux urgences et a failli mourir ». Elle a écrit à la direction de l’hôpital pour obtenir un rendez-vous. Une date a été fixée, puis repoussée. « J’ai besoin d’être accompagnée sur ce dossier. S’il n’y avait pas la Maison de Justice et du Droit, je serais allée voir un avocat, mais cela a un coût » explique-t-elle.

Etre écouté

A côté d’elle, une habitante de Val-de-Reuil vient aussi rencontrer le juriste de l’Avede-Acje (association d’aide aux victimes et d’action du champ judiciaire de l’Eure).
Le bras en bandoulière, elle explique avoir été mordue par un chien dont la propriétaire n’a pas fait grand-chose pour le retenir. Depuis, elle ne peut plus exercer son métier d’aide à domicile, ni conduire. Elle a demandé le carnet de vaccination du chien, qui ne lui a pas été transmis.

«  Je me sens seule face à une personne qui minimise le problème et qui ne fait pas face à ses responsabilités.  Je voudrais qu’un juriste entende ma plainte et que l’on trouve une issue » lance-t-elle en colère.

Khalissa Loumani, représente le centre d’information sur le droit des femmes et des familles (CIDFF). Au cours de la matinée, elle a accueilli un couple de St-Pierre-du-Vauvray dont le monsieur a été licencié par les nouveaux dirigeants, selon lui sans raison, après 23 ans d’ancienneté. « Nous sommes un peu perdus, avoue son épouse. A quelques années de la retraite c’est dur à vivre. »
Avec l’aide de Khalissa et la Maison de Justice et du Droit, une solution pourra peut-être être trouvée.
  • La MJD est ouverte toute l’année pour rencontrer des professionnels de justice (avocat, huissier, notaire, conciliateur de justice, tuteur ou curateur, délégué du défenseur des droits, CIDFF, Avede-Acje, Adil), sur rendez-vous, gratuitement : 4 rue Pierre-Le-Massif, à Louviers : 02 32 50 86 51.