Communauté d'agglomération Seine-Eure

Les Vagabonds de l’énergie organisent leur festival

3-08-18

De novembre 2016 à mai 2018, François Glaizot et Clément Bresciani , les deux « vagabonds de l’énergie » sont partis faire le tour du monde pour comprendre comment les populations se mobilisent pour la transition énergétique. 70 000 km et 35 pays plus tard, ils organisent le festival « Les Virées alternatives » samedi 22 septembre.


Des voyageurs  s’intéressant au voyage responsable, engagés sur des thèmes comme l’agriculture, l’alimentation, la réduction des déchets, l’énergie seront présents. Ils pourront témoigner et  partager leur goût pour l’engagement à travers le voyage. Ouverture à 14h, table ronde à 18h. Le soir : ouverture de la saison de la Factorie de 19h30 à 21h30 et concerts de 21h30 à 1h. Au programme : 21h30 : National Wood Band (folk)
22h30 : Skabada tsoin tsoin (ska-rock), 23h30 : DJ Gos Pelat (Electro swing).
  • Les virées alternatives : samedi 22 septembre, La Factorie, Val-de-Reuil (Ile du roy), à partir de 14h. Tarif libre. Restauration, buvette.
  • Vagabondsenergie.org : vagabondsenergie.org ; contact@vagabondsenergie.org  ; youtube.

Retour sur un an et demi d’études

Le festival est l’un des points de conclusion de leur voyage d’étude. En 18 mois, ils ont traversé 35 pays, et réellement visité 15 pays.
« Nous sommes restés un mois à Porto Rico, à Haïti, à Cuba, en Colombie, en Chine, en Thaïlande, en Inde, en Iran, en Turquie. Tous les pays ont des choses passionnantes à étudier correspondant à notre projet. On se renseignait, on vivait avec les habitants, on les interviewait. Nous avons essayé de comprendre leurs problématiques au quotidien » raconte Clément.

Leur voyage a donné lieu à 13 études, dont certaines à des reportages filmés et mis en ligne. « L’objectif est de produire une documentation qui paraitra fin 2019. Ce qui nous intéressait avant tout, ce n’est pas le côté technique des énergies renouvelables, mais plutôt l’aspect humain, l’implication des populations, le mode de gouvernance, qui décide… » ajoute François. 
 

Les deux Vagabonds ont emprunté tous les modes de transport : voilier, cargo, bateau, bus, train, auto-stop… et l’avion sur seulement 6 000 km (sur 70 000 parcourus au total). « On ne voulait pas prendre l’avion, trop énergivore, mais avec les problèmes de frontières fermées, c’était compliqué sans changer l’itinéraire, précise François. Nous voulions vivre le terrain, sentir les distances, remarquer les différences culturelles d'un pays à l'autre, ne rien manquer… »
Les pays les plus marquants
 
  • Haïti, l’un des pays les plus pauvres du monde et où subsiste un gros problème de corruption. L’aide y est mal répartie. « Pour les aider, il ne faut  pas leur donner du poisson mais leur apprendre à pêcher durablement. »
  • L’Iran : « Les privations de liberté sont énormes. La musique et la fête sont parfois interdites, hommes et femmes doivent respecter un code vestimentaire, il n'y a pas de liberté d'expression, hommes et femmes doivent être mariés pour se promener ensemble. Mais c’est le pays où nous avons été le mieux accueillis. Des gens nous ont prêté un appartement, une voiture. Nous avons été invités dans un mariage, sommes restés 3 jours avec la famille. »
  • Le Japon : A Fukushima, un groupe d’agriculteurs s’organise pour produire sa propre énergie grâce à une ferme solaire photovoltaïque.
  • La Colombie : Dans un village indigène reculé, les 500 habitants vivent en parfaite symbiose avec la rivière. Ils s’y lavent, pêchent, irriguent leurs plantations, les enfants y jouent. La rivière leur fournit aussi l’électricité. Le village s’est mobilisé pour solliciter une ONG qui l’a aidé à s’équiper. Aujourd’hui, il y a des ampoules dans chaque maison, parfois un frigo, il y a quelques lampadaires dans la rue.  Clément et François ont étudié l’impact social de cet apport : les enfants peuvent étudier le soir, les femmes rentrer plus tard. La télé et la musique entrent plus fréquemment dans le foyer.
 
Ce projet leur a permis de déconstruire beaucoup de clichés. Clément et François devraient faire profiter d’autres futurs « voyageurs » de leurs expériences, mais aussi animer des conférences et promouvoir le voyage engagé.
Contact : vagabondsenergie.org ; contact@vagabondsenergie.org  ; youtube.






Contacter la Direction des Politiques publiques durables

Directeur : Marc MONNIER

Adjointe au Directeur : Sylvie PONTHIEUX

Assistante de direction : Valérie RACINE
Téléphone : 02 76 46 02 11

politiquespubliquesdurables@seine-eure.com

Cheffe de projet Energie : Julie NGO

Coordinatrice développement durable : Claire LABIGNE

Chargée d'opérations : Lauriane DUMONTIER