Communauté d'agglomération Seine-Eure

Le bâtiment des Hauts Prés bientôt livré

29-02-16
Après dix mois de travaux, le bâtiment des Hauts Prés doit être opérationnel début avril. Complètement transformé, il pourra accueillir les organismes et associations oeuvrant pour l’agriculture et le maraichage biologique.


Le bâtiment qui abritait jadis une usine de fabrication de fûts métalliques pour la pharmacie, l’industrie pétrochimique et les brasseries (anciennement Tôlerie Rhodanienne, puis Blagden, puis Greif) ressemble de moins en moins à une friche industrielle et de plus en plus au futur pôle d’agriculture biologique des Hauts Prés.
Les Hauts Prés sont d’ailleurs reconnus comme un site expérimental et un site pilote « eau et bio » par la Fédération nationale de l’agriculture biologique. Il existe 25 sites de ce type en France.
Les travaux de réhabilitation et de réaménagement des 10 000 m2 ont débuté le 11 mai 2015. Vendredi dernier, une visite de chantier a été organisée, en présence de Bernard Leroy, président de l’Agglo, Jean-Claude Christophe, président de la commission Cycle de l’Eau et Fadilla Benamara, adjointe au maire de Val-de-Reuil. Ils ont découvert les dernières transformations.
Aujourd’hui, la zone de bureaux et la zone de hangar, divisée en cellules, changent complètement la physionomie du bâtiment !
 

10 000 m2 pour le bio

Le bâtiment avait été acquis en mars 2012 par l’Agglomération Seine-Eure pour 1,55 M€, avec l’aide financière de l’Agence de l’eau Seine-Normandie (832 000 €) et la Région (400 000 €). La part de l’Agglomération s’élevait à 318 000 €.
« A l’origine, il s’agissait d’abriter le matériel et la production des maraîchers des Hauts Prés, rappelle Pierre-Julien Bavent, responsable de la protection de la ressource en eau, à l’Agglo. Mais ils n’avaient pas l’utilité d’une telle superficie. »
L’Agglomération a contacté les structures oeuvrant dans l’agriculture biologique dans la région. S’installer aux Hauts Prés, être domicilié au même endroit a l’avantage de créer une dynamique. « Les structures ont vu aussi l’intérêt géographique car Val-de-Reuil est un carrefour de communication grâce au réseau routier. Il y avait une réelle opportunité économique et stratégique qu’elles ont bien perçue, d’où leur arrivée ici » résume Jean-Claude Christophe.
Les structures devraient pouvoir s’installer début avril.
 
Les travaux ont consisté en un gros travail de curage, nettoyage, désamiantage et déplombage. Puis des cloisons ont été posées. Chaque zone est desservie en eau, gaz, électricité, air comprimé et collecte des eaux usées. Des bureaux ont été créés, l’isolation posée. Une cuisine pédagogique est en cours de finition. A l’extérieur, un bardage bois embellit le bâtiment. Le coût des travaux s’élève à 2,3 M€, subventionnés en partie par l’Agence de l’eau Seine-Normandie (625 500 €), la Région (500 000 €) et le département (107 500 €) dans le cadre du contrat d’agglo. La part de l’Agglomération s’élève à 1,13 M€.

Un espace pour chacun

Passée l’entrée, un espace d’accueil et de vente est adapté à recevoir le public. « Une cuisine pédagogique est en cours d’aménagement. Les associations, comme Saveurs et Savoirs pourront y organiser des ateliers » présente Pierre-Julien Bavent.
A droite de l’entrée : les bureaux du Grab (groupement régional des agriculteurs bio) et d’Inter Bio Normandie. Le Grab a transféré son siège social d’Evreux aux Hauts Prés, où quatorze personnes y travaillent déjà. « Inter Bio Normandie est l’interprofession de la filière bio. Elle favorise les échanges entre les opérateurs de la filière » poursuit-il.
Un peu plus loin, un espace de 300 m2 est réservé à My Traiteur Bio (Seine Saveurs Bio). Angélique Auger, Denis Martin, Nicolas Cauvin et Damien Gonel veulent y ouvrir un laboratoire pour la préparation de repas et de plats bio pour leurs magasins de Louviers et de Rouen. Devant, 250 m2 sont encore vacants. « Pourquoi  ne pas ouvrir un restaurant ?, suggère Fadilla Benamara. Manger sain est une préoccupation majeure des citoyens aujourd’hui. »
Toute personne ou entreprise ayant un projet en lien direct avec le bio peut en tout cas contacter l’Agglo pour occuper les espaces encore disponibles (250 m2 ou 2068 m2). 

Les maraîchers des Hauts Prés disposeront  de près de 1 700 m2 pour un nouvel espace de vente et stocker leurs matériels et leurs productions. L’Association des Maraîchers Bio des Hauts Prés (AMBHP) est présidée par Stéphane Fréret. Elle partage sa cellule avec la Cuma (coopérative d’utilisation de matériels agricoles) qui possède du matériel pour les grandes cultures et le maraichage, susceptible d’intéresser les producteurs des Hauts Prés.
Les maraîchers disposent du plus grand espace, juste devant l’association d’insertion Ysos, qui a réservé 1030 m2 pour la création d’une légumerie-conserverie. « La légumerie intéresse les maraîchers qui n’ont pas le temps ni les moyens techniques de travailler les légumes (faire des carottes râpées pour la restauration collective par exemple). La conserverie permet de traiter les surplus de légumes et de les conserver en bocaux » explique Bernard Leroy. Deux encadrants et 6 à 8 employés en insertion devraient travailler à la légumerie-conserverie. « Ysos est une association que nous connaissons bien. Elle est déjà présente à Val-de-Reuil, avec les Jardins de Neustrie, près de la gare SNCF » rappelle Fadilla Benamara.
 
Terre Bio Normandie disposera de 900 m2 où l’association veut créer une plateforme logistique pour améliorer son travail en réseau. Cette association d’une vingtaine de producteurs est née en 2013 avec l’objectif de mutualiser les moyens de commercialisation et de proposer toute l’année des produits issus de l’agriculture biologique.
Enfin, le pôle Rivières et milieux naturels de l’Agglo quittera ses locaux trop exigüs  pour s’installer aux Hauts Prés. « L’équipe disposera d’une prairie d’un hectare où elle aura sa propre pépinière. Elle pourra faire pousser les espèces qu’elle replante ailleurs et n’aura plus (au moins partiellement) à les acheter » annonce Pierre-Julien.
Petit à petit, une cinquantaine de personnes devrait donner vie au bâtiment des Hauts Prés, dont une dizaine d’emplois créés.
 

Du bio pour protéger l’eau

A l’origine, les Hauts Prés est un projet élaboré pour protéger le champ captant d’eau potable à Val-de-Reuil. 3,5 millions de m3 d’eau alimentent chaque année 40 000 personnes du territoire Seine-Eure (soit près de 60% de la population totale). « Pour protéger cette ressource, il n’y a que deux moyens rappelle Bernard Leroy : planter des arbres ou maintenir une activité agricole mais biologique. » L’Agglo a ainsi racheté 110 hectares du champ captant entre 2009 et 2011.
80 hectares sont destinés à l’agriculture bio (exploités par quatre céréaliers) et 30 hectares au maraîchage bio (cinq maraîchers et un apiculteur). La production maraichère trouve ses débouchés quasiment entièrement sur le territoire Seine-Eure et profite donc à la population locale. Les fruits et légumes sont commercialisés notamment auprès de la régie des 2 airelles, à Louviers (qui prépare les repas des crèches, écoles, résidences pour personnes âgées), l’épicerie sociale Epireuil à Val-de-Reuil, et pour la préparation de paniers et la vente sur place (marché aux Hauts Prés le mercredi de 9h à 13h et de 15h30 à 17h30 et le samedi de 9h à 13h).
> Les Hauts Prés : Parc d'activités du Vauvray, voie de l'Ormet, à Val-de-Reuil.
 





Contacter le service Cycle de l'Eau

Responsable de service : Olivier SWITALA
Courriel :
eau.assainissement@seine-eure.com
Télécopie : 02 32 50 89 65

Assistantes :
Amina EL YAMANI & Céline HENRY
Téléphone : 02 76 46 02 12

Protection de la ressource :
Pierre Julien BAVENT

Suivi et gestion des Travaux et prestation :
Référent ruissellement :
Guillaume MAYEU

Référent exploitation eau potable :
Amélie OURSEL

Référent renouvellement réseau eau potable
Guénaelle BOUARD

Référent travaux assainissement
Eric PEUVOT

Assainissement en domaine privé :
Technicien-responsable d'équipe :
Emmanuel COUPIGNY

Assistante  : Laura VEZAGTI
Téléphone : 02 32 50 89 77

Suivi et régie exploitation des systèmes d'assainissement :
Technicien-responsable d'équipe :
Mathieu BAHEUX