Communauté d'agglomération Seine-Eure

Hermès inaugure sa Maroquinerie de Normandie

13-06-17

Axel Dumas, dirigeant de la maison Hermès, est venu inaugurer la Maroquinerie de Normandie, ce matin, à Val-de-Reuil. A ses côtés, Marc-Antoine Jamet, Bernard Leroy et de nombreux invités ont visité les ateliers où travaillent 124 artisans.


Axel Dumas, dirigeant d'Hermès, entouré de Marc-Antoine Jamet et Bernard Leroy
Axel Dumas, dirigeant d'Hermès, entouré de Marc-Antoine Jamet et Bernard Leroy
Les modèles de portefeuilles portent pour nom Kelly, Constance, Remix, Copernic, Béarn ou Euclide. Ils font rêver des milliers de clients à travers le monde, amoureux du beau, du travail bien fait, des belles peausseries. Ces portefeuilles sont fabriqués pour partie dans le nouveau site de la maison Hermès, à Val-de-Reuil, la « Maroquinerie de Normandie », inaugurée ce matin.
 

Une présence depuis 20 ans

Dans des locaux de 5 700 m2 neufs ou entièrement rénovés pour une partie, 124 artisans travaillent consciencieusement à leur établi. Bientôt, ils seront 250.
Ce nouveau site vise à soutenir la croissance des ventes des objets en cuir d’Hermès. Mais l’activité maroquinerie n’est pas nouvelle sur le territoire Seine-Eure.
Hermès avait ouvert un département en 1996, dans l’unité de production de parfums du Vaudreuil, dont Hermès fête d’ailleurs aujourd’hui le quarantième anniversaire. « Nous ne sommes pas partis loin. Nous restons fidèles à l’Agglomération » a fait remarquer Axel Dumas, dirigeant d’Hermès en s’adressant à Bernard Leroy.
 

Habileté, précision et savoir-faire

Chaque artisan (pour la plupart des femmes) fabrique une série de 6 portefeuilles par semaine. Quelque 1 500 unités sortent chaque mois de la maroquinerie pour prendre la direction du réseau exclusif de distribution d’Hermès, composé de 308 magasins à travers le monde.
Dans de vastes ateliers lumineux, chaque artisan travaille à son établi, concentré sur son travail. Les pièces de cuir, préalablement découpées avec précision dans les plus belles peausseries de chèvre, d’agneau, de veau, d’autruche ou d’alligator, se transforment petit à petit en portefeuille ou porte-cartes cousu, ciré, travaillé avec dextérité et soin.
 

95% des étapes sont réalisées à la main par l’artisan. Sur l’établi, il dispose de ses propres outils qu’il ne prête quasiment jamais. Marteau, aiguilles, couteau à parer, alène se font à sa main. Il maitrise toutes les étapes de fabrication, de A à Z. Il coud, affine le cuir sur les côtés pour ne garder parfois qu’un millimètre.
« Il peut y avoir jusqu’à 14 couches de cuir. Il n’est pas question pour autant d’avoir une grosse épaisseur au niveau des coutures. Il faut donc affiner, aplatir tout en conservant la solidité de la matière » explique Emmanuel Pommier, directeur général du Pôle Maroquinerie d’Hermès.
Quand le portefeuille est fini, l’artisan maroquinier appose sa marque à l’intérieur.
« Elle sert à la fois de traçabilité et valorise le travail de l’artisan qui est fier de « signer » son produit quand celui-ci est terminé » explique Natacha Pietrozycki, directrice production de la Maroquinerie. Un dernier contrôle qualité par l’artisan, le chef d’atelier et parfois une troisième personne assure la perfection du produit. « Si un petit défaut est détecté, il est repris. Mais cela n’arrive que très rarement » précise-t-elle.
 

Une formation sur-mesure

Les artisans-maroquiniers proviennent d’horizons très divers mais ont tous en commun la polycompétence, la polyvalence, le souhait de perpétuer le savoir-faire d'Hermès. En collaboration avec Pôle Emploi, l’entreprise a pré-sélectionné des candidats sur leur dextérité, la précision de leurs gestes avant de leur proposer une formation propre à Hermès, dispensée au lycée Boismard de Brionne. Ils en ressortent avec un CAP ou un Bac Pro maroquinier et surtout l’opportunité d’intégrer la prestigieuse maison.
La première promotion en CDI a été intégrée le 1er juin. La prochaine le sera en septembre. « Quatre d’entre vous étaient là en 1996 quand le projet de maroquinerie a été lancé par ma mère, a rappelé Axel Dumas à destination des artisans, ce matin, lors de l’inauguration. Vous n’avez pas oublié vos efforts, vos angoisses et votre légitime fierté de faire naître de vos mains des produits dont rêvent nos clients du monde entier. Soyez fiers du passé mais surtout écrivez l’histoire d’Hermès de demain. »
 

Créer un éco-système

Si l’implantation de la Maroquinerie de Normandie a été rendue possible grâce à la collaboration de la direction Développement Economique de l’Agglo Seine-Eure, Bernard Leroy a annoncé vouloir faire plus, en « créant un éco-système autour des métiers d’exception, pour permettre à des créateurs, fournisseurs, prestataires de s’implanter et de créer des emplois ».

Il prend la forme de cinq actions : un cycle de formation  pour les artisans avec l’institut français du design et le designer Jean-Baptiste Sibertin Blanc, l’ouverture de l’Outil en Main pour initier les enfants de 9 à 14 ans aux métiers manuels, la construction d’ateliers tremplins pour permettre à de jeunes diplômés de s’installer plus facilement, la création du Carré Saint-Cyr (lieu d’exposition et de vente d’œuvres artisanales) dans l’église désacralisée du Vaudreuil, et enfin l’organisation de Festiv’art, en octobre au stade Jesse-Owens où une centaine d’artisans d’art de toute la Normandie se rassemblera le temps d’un week-end.
« A l’heure de l’éphémère et du jetable, nous croyons comme vous qu’il y a un appétit mondial pour le beau et le durable, pour ceux qui sont habiles de leurs mains » conclut Bernard Leroy.
 
 





Contacter la Direction de l'économie, de l'emploi et de la formation

Directrice  :
Angélique HEBERT-HILAIRE
Courriel : dev.economique@seine-eure.com

Assistante de direction : Patricia CALLOUET
Téléphone : 02 32 50 89 44 

Assistantes de gestion administrative et financière : Muriel LORIOT, Stéphanie RIBERPRAY

Responsable du Service Emploi et Formation :
Marie-Hélène DEVAUX
Courriel : plie@seine-eure.com

Service Commercialisation et Implantation :
Courriel : imc@seine-eure.com

Chargées d'accueil : Aline FROMENT, Margo BAZIN
Téléphone : 02 32 40 79 50