Communauté d'agglomération Seine-Eure

Dix ans de travaux pour l’église de Pont-de-l’Arche

2-02-18

Massive, imposante, l’église Notre-Dame-des-Arts n’en montre pas moins des signes de faiblesse. La municipalité veut lancer des travaux.


Construite à partir de 1499, l’église Notre-Dame-des-Arts a traversé les siècles, a connu les guerres, les aléas du temps sans que l’on se soucie beaucoup de son état.
Pourtant, la pierre est sensible aux phénomènes de pluie et du gel, et au temps qui passe. « Pendant la seconde guerre mondiale, l’explosion du pont de Pont-de-l’Arche a soufflé la plupart des vitraux des XV et XVI e siècle et des morceaux de l’édifice » précise Pierre Bertolussi, architecte en chef des Monuments Historiques.

Pour connaître l’état de santé de l’église, Richard Jacquet a demandé un diagnostic complet en 2015. « Il a duré six mois et a donné lieu à un document très précieux. Jamais un inventaire aussi précis n’avait été réalisé » souligne le maire.
Il met en lumière l’importance des travaux à effectuer pour sauver l’église. Le maire n’a pas pu s’empêcher l’aller voir le chiffre en bas de la dernière page. « 5 à 6 millions d’euros sont nécessaires pour une restauration complète. Pour trouver un tel montant, je vais aller allumer un cierge » sourit-il.
 

Des capteurs pour enregistrer les mouvements

 Le vaste chantier touche en effet l’intérieur et l’extérieur du bâtiment. Huit tranches de travaux seraient nécessaires, dont la première, la sécurisation, vient de débuter.

« La dernière restauration date de 1850, sur les parties hautes de l’édifice. Depuis, aucun chantier n’a été réalisé. Vous en payez le prix aujourd’hui, regrette Pierre Bertolussi. Une église comme celle-ci mérite un entretien régulier, annuel : le changement d’une ardoise, la végétation qui pousse dans les gouttières à enlever. Ce ne sont  parfois que de petites choses mais qui évitent de gros soucis. »

Pour l’heure, la municipalité pare au plus pressé. Une nacelle a été installée en janvier par l’entreprise TERH de Vernon, spécialisée dans la restauration des monuments historiques. Elle permet d’atteindre la toiture et les parties supérieures, de s’assurer de l’étanchéité du toit et d’enlever les petits éléments qui pourraient se décrocher.

L’état des toitures du bas-côté sud nécessite une intervention d’entretien : remplacement des ardoises et réparation provisoire des chéneaux encaissés. Plusieurs fissures ont été constatées notamment au droit du bas-côté nord et dans la sacristie.

Cette première phase de sécurisation devrait durer 4 mois.  A l’intérieur, la société Osmos a posé des capteurs qui enregistrent le mouvement des façades. « Avec le temps très humide que nous avons en ce moment, le sol est beaucoup plus mou ce qui peut influer sur les mouvements de l’édifice, explique l’architecte. Ils créent des fissures sur les murs et les statues. Les capteurs sont posés pour un an. »

Pour l’Agglo, ce projet de restauration s’inscrit dans une démarche de sauvegarde et de promotion du patrimoine médiéval, qui contribue au développement touristique de la ville et du territoire. A ce titre, elle apportera son soutien financier, aux côtés du Département, de la Drac et de la commune.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Contacter l'Agglomération


Adresse administrative :
CS 10514
27405 LOUVIERS CEDEX

Accueil du public :
Hôtel d'Agglomération
1 place Thorel
27400 LOUVIERS
Téléphone : 02 32 50 85 50
Télécopie : 02 32 50 85 51

Courriel :
agglo@seine-eure.com