Communauté d'agglomération Seine-Eure

La ministre des Armées en visite à la DGA

28-07-17

Florence Parly, ministre des Armées, est venue visiter le bassin d’essais des carènes, à Val-de-Reuil ce vendredi 28 juillet. Elle a apprécié le tournant numérique que prend ce centre.


Florence Parly en compagnie de Bernard Leroy et Marc-Antoine Jamet
Florence Parly en compagnie de Bernard Leroy et Marc-Antoine Jamet
Accueillie par Roland Joannic, directeur du centre d’essais DGA techniques hydrodynamiques et par Vincent Imbert, délégué général pour l’armement, la ministre des Armées Florence Parly a découvert les spécificités de ce site, l’un des 8 centres français d’expertise de la direction générale de l’Armement.
Le bassin d’essais des carènes participe à la conception ou à l’amélioration des navires, notamment ceux de la Marine Nationale. 210 personnes y travaillent, dont 60 ingénieurs. Elles ont pour mission d’étudier les performances hydrodynamiques et hydroacoutiques des bateaux en mer, face aux vagues (parfois de forte intensité), et donc d’améliorer leurs performances en vitesse, en manœuvrabilité, en tenue en mer et en acoustique.
 

Un bassin unique en Europe

Le B 600, un bassin de 545 m de long, 15 de large et 7 de profondeur
Le B 600, un bassin de 545 m de long, 15 de large et 7 de profondeur
Le site met en oeuvre des moyens uniques.  Il conçoit des maquettes à échelle réduite d’un navire (ou d’une partie de navire), réalise des mesures très complètes, utilise le calcul et les essais pour étudier et tester leurs comportements en mer.
Le centre possède pour cela le grand tunnel hydrodynamique (pour mesurer le bruit) et surtout le B 600, un bassin de près de 600 mètres de long (l’équivalent de 11 piscines olympiques), unique en Europe, dans lequel sont reproduites des conditions de mer parfois extrêmes. 

La maquette d'une frégate
La maquette d'une frégate
« Nous pouvons reproduire une houle générant des vagues pouvant aller jusqu’à 20 mètres de hauteur, soit une mer de force 8 » explique-t-on à la DGA.
On voit alors comment se comporte la maquette avec une houle de face, arrière ou oblique. Pratiquement tous les bateaux de la Marine Nationale ont été testés ici (frégates, sous-marins, paquebots), mais également certains de la défense britannique grâce à un accord intergouvernemental, des sous-marins brésiliens, australiens… Des armateurs privés peuvent aussi faire appel à ces compétences.
 

Le virage numérique

La ministre a rencontré le personnel du centre
La ministre a rencontré le personnel du centre
Pour garder un haut niveau de technicité, DGA TH a pris le virage numérique et investi 2 M€ dans un cluster de calcul de 4 000 cœurs pour les simulations numériques.
« Les navires sur lesquels nous travaillons et les calculs que nous effectuons sont strictement confidentiels. Il ne nous est pas possible de sous-traiter cette activité. Ce cluster va donc nous permettre de doubler les puissances de calcul » explique-t-on.
Une initiative saluée par la ministre, qui voit là, « pour la France et ses armées des opportunités exceptionnelles. Dans quelques mois, c’est un véritable bassin d’essais numériques qui sera inauguré ici ».
Florence Parly a rappelé que la France disposait du plus vaste espace maritime au monde. « Il y recèle des opportunités économiques et stratégiques exceptionnelles et ce centre en est un élément clé. Des essais réels et des simulations numériques particulièrement avancées naît la qualité de nos équipements navals » assure-t-elle.
L’expertise technique qu’elle a pu constater à la DGA « est une des clés de notre autonomie de décision ».

 

Avec les petits des centres de loisirs
Avec les petits des centres de loisirs
Avant de rejoindre Paris, Florence Parly a fait un détour par la mairie de Val-de-Reuil où elle a rencontré les enfants des centres de loisirs (250 enfants accueillis en juillet)

Les jeunes ont rencontré la ministre pour leur dernière journée de chantiers d'été
Les jeunes ont rencontré la ministre pour leur dernière journée de chantiers d'été
et les 42 jeunes ayant participé aux chantiers d’été.
 






Contacter l'Agglomération


Adresse administrative :
CS 10514
27405 LOUVIERS CEDEX

Accueil du public :
Hôtel d'Agglomération
1 place Thorel
27400 LOUVIERS
Téléphone : 02 32 50 85 50
Télécopie : 02 32 50 85 51

Courriel :
agglo@seine-eure.com
 

plan_acces_hotel_d__agglo_seine_eure_1.jpg Plan accès Hotel d'Agglo Seine-Eure.jpg  (270.05 Ko)